Regard sur les Etats-Unis

jeudi 20 septembre 2007

Le cas O.J Simpson

Arrêté dimanche dernier, l’ex-star du football américain, O.J Simpson, a été inculpée pour agression, vol à main armée et enlèvement dans une chambre d’hôtel de Las Vegas. Hier, M. Simpson a été relâché après avoir versé une caution de 125 000 $. Ce fait divers tient la une de l’actualité aux Etats-Unis depuis quelques jours. En effet, la presse et les chaînes de télévisions se sont emparées de l’affaire. Mais pour quelle raison, les faits et gestes d’O.J Simpson sont-ils aussi médiatisés ? Qui est O.J Simpson ?
Orenthal James Simpson est né en 1947 à San Francisco. Très vite, O.J est attiré par une carrière de footballeur américain. Il remporte sous les couleurs de l’équipe universitaire de l’Université de la Californie du Sud, de nombreux trophées. Très vite repéré par la NFL, il intègre en 1969 la célèbre équipe des Buffalo Bills. Le succès pour O.J ne se fait pas attendre. En 1973, il est élu MVP (Most Valuable Player) de son équipe et reçoit parallèlement la Hickok Belt, qui récompense le meilleur athlète de l’année. En 1997, O.J et son équipe constitue la meilleure attaque de la NFL.
Lorsqu’il prend sa retraite sportive, O.J fort de son charisme et de sa popularité, se lance dans une carrière d’acteur de série télévisée puis de cinéma. Attiré par le gain, il tournera des publicités et deviendra l’ambassadeur de plusieurs grandes marques.
Pourtant son destin bascule le 12 juin 1994 lorsque son ex-femme Nicole Brown Simpson et son ami Ronald Goldman sont retrouvés morts dans leur propriété de Los Angeles. Une seule personne échappe à la tuerie : le fils d’O.J dormant à l’étage de la maison. Très vite, les médias s’emparent de l’affaire et les nombreux indices retrouvés sur la scène de crime, tendent à incriminer O.J du meurtre des deux personnes. Le 17 juin 1994, O.J alors soupçonné de meurtre, doit être entendu par la police de Los Angeles. Ses avocats obtiennent qu’il se présente de lui-même aux autorités. Mais O.J Simpson ne se rend pas aux locaux de la police. Entre 11h et 18h, O.J Simpson reste même introuvable. Un de ses amis transmet alors une lettre à la presse, dans laquelle O.J nie les accusations portées à son encontre. Cette lettre laisse à penser qu’O.J va tenter de se suicider. Aux alentours de 19h, la police repère le véhicule de M. Simpson sur l’autoroute. La course-poursuite entre O.J Simpson et la police de Los Angeles sera retransmise sur toutes les chaînes de télévisions. Ce n’est qu’après 1 heure de course-poursuite qu’O.J décide enfin de s’arrêter. Visiblement très troublé, O.J mettra plus de 45 minutes à s’extraire du véhicule. Après inspection, la police y retrouvera notamment une arme à feu chargée.



Après la sur-médiatisation de la course-poursuite, la presse ne lâche plus O.J Simpson. Les magasines Time et Newsweek iront jusqu’à publier des photos truquées de Simpson. Mais le plus grave vient du fait que ces photos aient été noircies avec des logiciels, puis publiées. C’est à ce moment là que les associations de défense des minorités ethniques et plus particulièrement celles afro-américaines s’emparent de l’affaire.
L’affaire O.J Simpson n’est plus seulement un fait divers mais commence à diviser le pays.
Le procès d’O.J débute sur fond de polémiques et de tension extrême. Dès le début des auditions judiciaires, l’opinion publique américaine est totalement divisée sur le sujet. La population blanche est convaincue de la culpabilité de M. Simpson, alors que la population noire est en grande majorité peu convaincue de son inculpation. À partir du premier jour d’audience, les témoignages sont retransmis en direct à la télévision. L’accusation cherche immédiatement à démontrer la jalousie maladive d’O.J. Pour conforter cette affirmation, les avocats des victimes vont se baser sur plusieurs indices, parmi lesquels se trouvent des empruntes de chaussures qui prouveraient que l’accusé se trouvait sur les lieux du crime. M. Simpson quant à lui, décide de recourir à des avocats chevronnés. Toute sa défense fut basée sur le fait que le détective chargé de l’enquête était raciste et avait totalement contaminé les pièces à convictions.
Après 133 jours d’auditions, le 3 octobre 1995, la tension atteint son paroxysme pour le jour du verdict. L’accusation est particulièrement confiante et attend la condamnation d’O.J. Les téléspectateurs sont au rendez-vous : aux alentours de 10 heures du matin, 100 millions d’américains sont devant leur poste de télévision et attendent le verdict avec appréhension. Certains analystes redoutent qu’à la suite d’un verdict prononçant la culpabilité d’O.J, des émeutes éclatent comme celles de Los Angeles, 3 ans auparavant.
Pourtant après 3 heures de délibération, O.J Simpson est acquitté, au pénal, du meurtre de Nicole Brown Simpson et de Ronald Goldman. Immédiatement, la polémique naît et prend rapidement de l’ampleur, les critiques du système dénoncent une justice à 2 vitesses où l’argent est roi. La composition du jury (8 jurés sur 12 étaient afro-américains) se retrouve au centre de la controverse…
En 1997, O.J Simpson est condamné au civil et déclaré responsable de coups et blessures sur Nicole Brown Simpson et de Ronald Goldman et de la mort de ce dernier. Sa condamnation pécuniaire atteint 33,5 millions de $ de dommages et intérêts. Pénalement acquitté mais civilement responsable, O.J clame son innocence. Refusant de payer les dommages et intérêts, Simpson s’est réfugié dans l’Etat de Floride dont la législation protège les biens des personnes.
Devenu intouchable, O.J Simpson vient d’annoncer il y a quelques jours que son livre intitulé « If I did it » serait publié le 3 octobre 2007. Dans ce livre confession particulièrement controversé, O.J explique comment il aurait procédé s’il avait voulu tuer sa femme et son ami.
Mais c’est à la suite de son arrestation ce dimanche que l’ex-star du football américain a encore fait parler d’elle. Accusé de s’être rendu dans une chambre d’hôtel de Las Vegas, accompagné d’individus armés, O.J est soupçonné d’avoir menacé un collectionneur pour lui voler des souvenirs sportifs de sa carrière. Pour clamer son innocence, M. Simpson explique qu’il était simplement venu récupérer des objets lui appartenant.
Une fois encore, O.J s’en est sorti en signant un gros chèque de caution et a été remis en liberté, hier, dans la journée. Preuve qu’aux Etats-Unis, Justice et Argent font décidemment bon ménage.
Pour en savoir plus :
- La page consacrée par la chaîne Court TV au procès pénal (en anglais)
- Le reportage de la chaîne canadienne Radio-Canada le jour du verdict du procès pénal (en français)
Bibliographie :
- Le livre du détective accusé de racisme lors du procès : « Murder In Brentwood » de Mark Fuhrman
- Le livre d’un célèbre procureur américain sur le sujet : « Outrage : The Five Reasons O.J Simpson Got Away With Murder » de Bugliosi Vincent (Island Books)

1 commentaires:

Breanna a dit…

Keep up the good work.