Regard sur les Etats-Unis

mardi 30 septembre 2008

Les raisons du rejet du plan Paulson : quand la politique prend le pas sur l’économie

Alors que les marchés financiers ont très mal accueilli le rejet du plan Paulson par les membres de la Chambre des représentants, l’heure est à la concertation chez les parlementaires. Mais depuis l’annonce « surprise » du rejet du plan de sauvetage du système financier américain, la question qui demeure sur toutes les lèvres est celle des raisons de ce rejet.
Première constatation, les démocrates ont voté en faveur du plan Paulson, contrairement aux républicains qui l’ont massivement rejeté. Si l’on se réfère aux déclarations des responsables républicains, Nancy Pelosi serait au centre de toutes les critiques. Accusée d’avoir prononcé un discours beaucoup trop partisan, la Speaker de la Chambre des représentants est entrain de subir les foudres de ses adversaires républicains.
Alors que les deux camps étaient parvenus à un accord, un « simple discours » aurait tout compromis ? La véritable raison du rejet n’est certainement pas celle invoquée officiellement par les responsables républicains.
Une autre raison officieuse, beaucoup plus rationnelle, est à l’origine de ce rejet. En réalité, les membres républicains de la Chambre des représentants ont cédé à la panique. Mais il ne s’agit pas ici de la peur de voir le système financier vaciller, il s’agit tout simplement d’une panique de nature politique. Il faut en effet rappeler que la tranche la plus conservatrice du parti républicain était particulièrement hostile à l’adoption de ce plan de sauvetage. Or, il convient de rappeler que les membres de la Chambre des représentants sont élus pour une durée de deux ans, au suffrage universel direct. Le prochain renouvellement total de la Chambre aura lieu au même moment que l’élection présidentielle américaine, c'est-à-dire le 4 novembre prochain.
Dès lors on comprend bien les raisons évidentes du rejet du plan Paulson. Effrayés à l’idée de ne pas se voir réélire dans quelques jours, les membres de la Chambre des représentants ont tout simplement privilégié la sécurité de leur réélection, au détriment de l’interventionnisme étatique. Inondés de mails et d’appels de la part de leurs électeurs, les députés n’ont pas souhaité prendre davantage de risques.
Les deux candidats à l’élection présidentielle américaine appellent désormais le Congrès à reprendre ses discussions afin de revoter un nouveau texte amendé. Pourtant, en dépit des efforts de John McCain et de Barack Obama rien n’est désormais sûr à quelques jours du renouvellement de la Chambre des représentants. Une situation que l’on ne peut s’empêcher de déplorer alors que les marchés financiers sont en pleine tourmente.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

40% des deputes democrates ont vote contre, malgre l'insistance de leurs leaders, Pelosi et Reid :).
C'est un camouflet pour le parti democrate, qui a lui seul a la majorite a la Chambre, il n'a pas besoin des voix republicaines!

Et voici un link qui prouve clairement la responsabilite des democrates dans la crise actuelle. Pour des raisons ideologiques et de clientelisme politique ils se sont oppose en 2004 au limogeage des presidents de Freddie et Fannie! Regardez la video, les republicains attaquent la gestion catastrofique de ces 2 compagnies, ajourd'hui en faillite et nationalisees.

http://www.viralvideochart.com/youtube/shocking_video_unearthed_democrats_in_their_own_words_covering_up_the_fannie_mae_freddie_mac_scam_that_caused_our_economic_crisis?id=_MGT_cSi7Rs

David C. a dit…

Après la défaite de l’escroquerie Paulson vite un Nouveau Brettons Wood.

Avec la défaite ce matin, du plan fasciste du secrétaire d’état au Trésor Paulson. Je vous invite à regarder mercredi 1 octobre 2008 à 19 h la conférence retransmise par internet de l’économiste et homme politique américain Lyndon H. LaRouche (www.larouchepac.com ) qui présentera son plan pour mettre en place une nouvelle architecture financière international type nouveau brettons Wood et permettre ainsi un avenir à notre civilisation.

Nous sommes dans une période révolutionnaire, les choix politiques qui serons pris d’ici à la fin de l’année définiront notre avenir et celui de nos enfants.

Alors entrez dans la bataille !

David C.
david.cabas.over-blog.fr