Regard sur les Etats-Unis

mercredi 5 novembre 2008

Très large victoire du camp démocrate, lourde défaite pour les républicains

C’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres… En ce 4 novembre 2008, Barack Obama vient non seulement de remporter l’élection présidentielle en devenant le premier Afro-Américain à accéder à de telles fonctions, mais le camp démocrate vient surtout d’infliger une très lourde défaite au camp de John McCain. Tout en conservant les Etats acquis à John Kerry en 2004, Barack Obama a remporté bon nombre de Swing States, ces Etats qui étaient susceptibles de basculer pour l’un ou l’autre des deux prétendants (Ohio, Virginie, Indiana, Nouveau-Mexique, Floride, Iowa, Colorado).
Simple rappel : pour remporter le scrutin, il suffisait à l’un des deux camps de dépasser le chiffre fatidique des 270 grands électeurs. Or selon les dernières estimations, Barack Obama aurait remporté le soutien de 338 d’entre eux contre seulement 163 pour John McCain. Il s’agit d’une très lourde défaite pour le camp républicain qui mettra certainement du temps pour se reconstruire après le fiasco de cette campagne.
Dès lors, la question que bon nombre d’Américains se pose est celle relative aux raisons de cette terrible défaite du camp républicain ? Est-ce la faute de Sarah Palin, qui tout en galvanisant la base conservatrice du parti républicain, a éloigné John McCain de l’électorat des indépendants ? Est-ce le thème de l’économie, particulièrement mal géré par le candidat républicain ? Ou est-ce le fait de reprocher à John McCain de ne pas être resté le « maverick », l’homme imprévisible que ses plus fervents partisans souhaitaient faire élire ? Toutes ces questions devraient faire l’objet d’une réponse dans les prochains jours, voire les prochaines semaines

2 commentaires:

Christian KAFANDO a dit…

La victoire de Barack Obama est un signe de changement non seulement sur le plan politique mais aussi sur le plan social. En effet, le parti démocrate prend le pouvoir, il est par conséquent évident que les politiques menées seront axées sur d'autres domaines que ceux du gouvernement précédent, surtout en raison de la crise financière que traverse les Etats-Unis. C'est d'ailleurs l'un des plus grand défi que doit relever le nouveau leader de la première puissance mondiale.
Sur le plan social, un message clair est transmis par les Etats-Unis au monde entier, la couleur n'est plus une entrave, le racisme n'a plus sa place dans ce monde nouveau. Qu'importe la couleur, on devient leader parce qu'on n'a les compétences et qu'on nous donne la chance d'en faire la preuve. C'est dans cet esprit que doit se comporter le monde de demain.

Charlette a dit…

C'est seulement en transcendant nos divisions internes que nous pourrons relever des défis majeurs et construire une nation forte, en paix avec elle-même. C'est le message de Barack Obama au monde et il va nous le prouver. Il a pour lui tout un peuple pour le soutenir,même s'il doit s'attendre à quelques déceptions. Il faut être sectaire ou lobotomisé pour ne pas comprendre que la route est difficile, pleine de chausse-trappes et que tous les problèmes ne seront pas résolus du jour au lendemain. La cohésion des Etats-Unis derrière son Président force l'admiration. Nous ferions bien de nous en inspirer.