Regard sur les Etats-Unis

lundi 28 mai 2007

Qui est vraiment Michael Moore ?

Michael Moore est l’une des personnalités les plus controversées aux Etats-Unis. Réalisateur et écrivain, Moore est très engagé et chacune de ses œuvres ne laisse jamais indifférent.
Né dans le Michigan dans une famille modeste, il était prédestiné à devenir ouvrier dans les usines de General Motors comme son père. Contre toute attente, il se dirige vers des études de journalisme et va fonder un journal alternatif : Flint Voice. C’est en 1989, en vendant tous ses biens, qu’il parvient à financer son premier documentaire "Roger et Moi". Ce film dénonce la fermeture de l’usine General Motors dans la ville de Flint (Michigan). Le succès sera immédiat. Fort de cette expérience Moore va réaliser son premier et unique film de fiction "Canadian Bacon" : film satirique dans lequel le réalisateur se moque de la mentalité américaine et montre que le gouvernement souhaite monter les américains contre les canadiens pour relancer l’économie du pays.
En 1999, il revient au documentaire et sort "The Big One" où il dénonce les pratiques scandaleuses de certaines multinationales comme Nike. Mais c’est en 2002 que Michael Moore va connaître son premier grand succès planétaire avec "Bowling For Columbine". Le film traite du problème des armes à feu aux Etats-Unis quelques temps après le massacre du lycée de Columbine. Il dénonce notamment les pratiques subversives du lobby de la National Rifle Association. Ce film sera récompensé par un Oscar et un César.
Deux ans plus tard, il réalise le film "Fahrenheit 9/11" afin de peser sur la campagne présidentielle de 2004. Moore s’attaque à l’administration américaine et dénonce les mensonges ayant entrainé l’engagement militaire en Irak. Le film ne sera distribué aux Etats-Unis, qu’après avoir obtenu la palme d’or au festival de Cannes (Disney qui devait initialement le distribuer pendant la campagne, avait refusé de le faire, du fait de ses liens avec le parti républicain).
Michael Moore est également écrivain et producteur de télévision. Son émission "The Awful Truth" créée en 1999 connaitra un grand succès en dénonçant de graves problèmes avec l’humour le caractérisant.
Mais Michael Moore, c’est également un activiste et militant politique. Il se situe à l’extrême gauche de l’échiquier politique américain. Il a notamment dénoncé toute sa vie l’embargo contre Cuba. Lors des dernières campagnes présidentielles, il a toujours soutenu un candidat démocrate (bien qu’en 2000 il avait soutenu un candidat écologiste et avait critiqué Al Gore). Ses détracteurs soulignent que pour réaliser ses films, il utilise des techniques discutables et sélectionne des extraits de ses interviews.
Pour son dernier film (sortie prévue le 29 Juin 2007 en Amérique et le 17 Octobre 2007 en France) intitulé "Sicko" dénonce le système de santé aux Etats-Unis et fustige les dérives économiques de certaines multinationales de la santé. Il critique les autorités sanitaires américaines et explique que 45 millions d’américains n’ont pas de couverture maladie.
Mais quoi qu’en disent ses détracteurs, Michael Moore est un des réalisateurs les plus engagé de sa génération, il fait bouger les mentalités et donne la parole à ceux qui ne sont jamais écoutés : un "robin des bois" des temps modernes en quelque sorte !
La bande-annonce de son dernier film "Sicko" (en anglais) :


Pour en savoir plus :

- son site internet : http://www.michaelmoore.com/

4 commentaires:

politiques USA a dit…

Tres bonne analyse. Michael Moore a des problemes en ce moment avec le gouvernement americain puisqu'il est alle faire son dernier documentaire a Cuba, et il y a toujours un embargo economique des Americains sur Cuba.
Je ne pense pas que Michael Moore est d'extreme gauche. Il est defini ainsi sur cet echiquier car il a sacque les Democrates et les Republicains. Le systeme politique americain pense que c'est largement suffisant de pouvoir se definir ses aspirations entre soit les Republicains, soit les Democrates et je dirai qu'avant tout Michael Moore est un personnage "liberal" qui se definit d'abord avec des ideaux, avant de se definir par la politique. Il aime son pays contrairement a ce que les medias Americains nous racontent, et c'est l'une des premieres personnes a ne pas nous faire oublier cette constitution "We, the People": il defend avant tout l'aspect social abuse par l'ordre economique, tendance un petit peu de gauche ideologiquement, mais bien comprise lorsqu'elle est analysee sur un aspect plus humaniste pour souligner la condition sociale des Americains.

politiques USA a dit…

PS: les Francais pensent que les "liberaux" sont forcement Democrates, ce qui est faux, ils peuvent etre Republicains aussi, du moins historiquement ils existerent, et il y a un renouvellement de cette culture politique sous Bush (j'avais ecrit un billet sur ce sujet-la quelques mois auparavant). Quant a moi, je ne definis pas les "liberaux" de cette facon, il se definissent d'abord par des ideaux avant tout, et leurs opinions se politisera ensuite; c'est une belle caracteristique de la societe americaine que j'admire.

Penduke a dit…

merci pour tes commentaires très instructifs ! En effet, les libéraux ne sont pas toujours des démocrates. L'exemple parfait se trouve être John Mc Cain qui est le plus libéral des candidats républicains à l'investiture. Cela risque bien d'ailleurs de lui poser quelques problèmes lors de l'investiture par son parti...

politiques USA a dit…

Si si vous ecrivez bien, c'est balance en plus, bien dans la tradition francaise; nous aux USA on n'est plus fichu de faire cela, surtout en periode de guerre.