Regard sur les Etats-Unis

mardi 8 avril 2008

La guerre des mots de la guerre

Une fois de plus, l’affrontement démocrate se recentre autour de la guerre en Irak. Comme on peut le voir dans ce reportage, la guerre des mots fait rage entre Hillary Clinton et Barack Obama. Cette fois-ci , celle-ci est axée sur le fait de savoir, quel est le premier à s’être véritablement opposé à la guerre en Irak ? Selon la candidate, elle a été la première à s’opposer au Sénat à la guerre en Irak. Toute opposition à la guerre en dehors du cadre de la chambre parlementaire ne devrait pas être comptabilisée. Une vision que ne partagent pas le camp adverse et certains journalistes.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

trop dépassé la pauvre femme ne sait plus à quel saint se vouer, elle a tellement tiré dans son camp que la balle lui revient comme un boomerang, Obama et son équipe sont une sorte de dream-team, c'est vrai que l'amérique vaut quant elle fait travailler toutes ses composantes,blancs noirs hispaniques...

fred a dit…

Ces sujets sont des "bisbilles" et ne mènent à rien , hormis à obscurcir encore plus le camp démocrate, et ce n'est pas de savoir qui à dit quoi en premier qui changera la donne.

Ce qui est sordide dans ce cas là, c'est de savoir que les candidats s'affrontent pour un détail..le premier mot !...de quoi finalement discréditer les deux ! et je ne suis pas sûr que CE sujet là passionne grand monde !

H. Clinton n'est pas sans reproches bien sûr, elle traîne des "casseroles" et commet bourdes et approximations, mais d'un autre côté, ne surtout pas s'imaginer qu'Obama est la solution miracle et que celui ci est exempt de tout reproches.

HC peut offrir ce que l'on connait d'elle, une certaine expérience, un certain caractère et certaines solutions, un réseau de contacts étendu, quelques casseroles (bah !)....quand à Obama, il ne peut offrir que...du rêve, de la spéculation, une vision trop insistante des composantes raciales des usa pour les usa (joli, mais qui manque de naturel) et un joli complet tout neuf et bien repassé !

Bref, le "gendre" idéal, bien élevé, joli garçon, joli sourire, bien droit dans son costume et propre sur lui...
opposé à une routière, au compteur chargé, un peu caractèrielle, mais vive et pugnace.

EMIR a dit…

JF Kennedy était sénateur de 43 ans quand il se présente contre un Vice-président R.NIXON avec 8 ans d'expérience auprès de David EISENHOWER qui lui laissait la politique étrangère.

Kennedy, face à NIXON pouvait être considéré comme sans expérience.

Personne n'a osé utilisé l'argument de l'expérience.

JF KENNEDY gagna et voilà les "Nouvelles Frontières"

Le Sénateur OBAMA a 47 ans, 3 ans de plus que JF KENNEDY...en son temps

L'inexpérience ,ne serait-elle pas la maladie de rage qu'on colle sur un chien qu'on tiendrait à noyer... ?