Regard sur les Etats-Unis

lundi 5 mai 2008

Les Entretiens de REU : Samuel Solvit, Président du Comité français de soutien à Barack Obama

Regard sur les Etats-Unis vous propose à partir de cette semaine une nouvelle rubrique : les Entretiens de REU. Afin d’apporter quelques précisions sur des sujets particuliers, le site a décidé de donner la parole à différents intervenants pour nous éclairer sur certains points de l’actualité politique et sociétale américaine.
Pour inaugurer cette nouvelle rubrique, Regard sur les Etats-Unis est allé à la rencontre de Samuel Solvit, président du Comité français de soutien à Barack Obama.
REU : Pouvez-vous tout d'abord, nous expliquer quel est le but du groupe de soutien français à Barack Obama ?
S.Solvit : Ces élections sont cruciales pour les Etats-Unis et pour le monde. Mais la raison d’un tel engagement est la candidature de Barack Obama. Evènement exceptionnel et “révolutionnaire” factuellement et symboliquement. Barack Obama propose et incarne un renouveau essentiel aux Etats-Unis et au monde. Il est le seul qui pourrait engager une réconciliation de l’Amérique avec elle-même et avec le monde, et qui pourrait sortir du néo-conservatisme de Bush vers plus de progressisme et de multilatéralisme. Avec l’impact potentiel, sur nous citoyens français, de l’élection d’un tel candidat, le Comité s’est formé pour soutenir cet homme qui pourrait changer les Etats-Unis et l’organisation actuelle du monde.


Le Comité français de soutien à Barack Obama vise à unir les voix françaises soutenant Barack Obama pour les porter aux Etats-Unis. Le Comité a également pour but de stimuler le débat français sur les élections américaines. Les nombreuses actions développées par le Comité visent à mobiliser ainsi l’opinion française et à faire l’écho de sa campagne en France. Le Comité souhaite aussi véhiculer cette opinion aux Etats-Unis afin de les sensibiliser à la légitimité, la confiance, l’espoir, la puissance et la crédibilité accordés par les étrangers au candidat Barack Obama. Mais nous souhaitons aussi transmettre le message que nous admirons une telle candidature et ce qu’elle représente, celle-ci est évidemment un exemple.


Néanmoins, nous n’avons ni la prétention ni volonté (et la possibilité bien sûr) d’occuper une place centrale dans ces élections, les membres du comité s’inscrivent dans un projet politique et une démarche de conscience civique afin de se prononcer et de soutenir, au moins moralement, Barack Obama.


(le comité est une association loi 1901)


REU : Combien de membres compte votre comité et pour quelles raisons de nombreuses personnalités ont répondu à votre appel ?


S.Solvit : Le comité regroupe des membres à travers différents réseaux. Sur Facebook, nous regroupons environ 800 personnes, sur notre listing directement du site, nous regroupons 500 personnes, et dans le comité d’honneur il y a une douzaine d’hommes politiques (de droite et de gauche), d’intellectuels, d’artistes... Chaque jour, le comité grandit et accueille de nouveaux soutiens.


Ces personnalités membres du comité d’honneur ont répondu à cet appel pour des raisons qui leurs sont propres et qui diffèrent pour chacune d’entre elles. Mais, dans l’ensemble, elles souhaitaient s’investir dans un projet politique ouvert, non partisan en France, mais positif pour la France, pour les Etats-Unis et pour le Monde. Elles voient toutes dans Barack Obama l’image d’un homme neuf qui propose à l’Amérique comme au monde un réel changement. D’autant plus que beaucoup de ces personnalités connaissent les Etats-Unis et y prêtent une attention particulière.
REU : Quelles sont les actions prévues par votre comité de soutien pour contribuer à la campagne de Barack Obama ?


S.Solvit : Le comité exprime déjà sa voix, son soutien, au nom de tous les citoyens qui en font partie. Cette action, purement immatérielle, est pourtant le nerf du comité en tant que pensée politique et vision du futur.


Plus concrètement, le comité développe des actions en France pour stimuler le débat sur ces élections, amener les gens à s’y intéresser, véhiculer les idées d’Obama. Cela aussi dans le but de mobiliser le plus de soutien possible. Nos actions : site internet, newsletters, conférence/débat en cour de préparation (probablement début juin), projet photo (des personnalités du comité d’honneur), groupe Facebook, interviews, boutique en ligne (aucun bénéfice), blog en construction...


Pour contribuer à la campagne, nous animons le débat en France et fédérons, afin notamment de porter ces voix aux Etats-Unis notamment à travers les médias.


REU : Comment expliquez-vous un tel engouement de la population et des médias français à l'égard de Barack Obama ?
S.Solvit : On parle d’Obamania comme un phénomène de mode, ce terme est abusif car il ne reflète pas l’importance de ce que porte la candidature de Barack Obama. Je pense qu’il y a 4 grandes idées qui motivent un tel engouement :


Obama incarne le changement, il est jeune et métisse. Il est dynamique et sort des clivages politiques classiques. Il permet d’espérer un renouveau dans la politique américaine après ces “années Bush” très mal perçues.


Barack Obama incarne l’ouverture. À la fois par son comportement et son ouverture, il donne à l’Amérique un visage moins fermé, conservateur et “unilatéraliste”. Face à l’hyperpuissance américaine, beaucoup sont frustrés, à juste titre, de la non-écoute des Etats-Unis.


Il a indéniablement une aura et un charisme fantastique qui séduisent. Sans démagogie, il propose et aborde la politique avec à la fois du charme, de la simplicité et de la détermination !


Barack Obama est le symbole d’une évolution culturelle et d’intégration remarquable. Dans ce cas, il y a un transfert avec la France ; notre pays n’est pas encore arrivé à une telle intégration bien que son histoire soit différente.


REU : Pensez-vous que cet engouement de la population française à l'égard de la candidature de Barack Obama puisse porter préjudice à votre candidat ?
S.Solvit : Non, s’il s’exprime judicieusement. Mais il est vrai qu’un soutien de l’opinion française pourrait être mal perçu, bien que là encore, je ne pense pas que cela influe énormément sur le scrutin.


Ainsi, afin d’être le plus bénéfique à la campagne de Barack Obama nous essayons de “militer” habilement sans choquer et sans trop s’ingérer. Le comité est français, mais nous plaçons les intérêts de la candidature, non pas sur la France, mais sur le monde (la France vient en second plan, pas en 1er plan). Par ailleurs, nous ne cherchons pas à donner des leçons. Obama serait d’abord et avant tout bénéfique aux Etats-Unis. Meilleure sera l’image des Etats-Unis, plus “tranquille” sera la planète, et cela à l’avantage des américains comme des autres citoyens.


REU : Quelles-sont les principales différences entre le programme de Barack Obama et celui d'Hillary Clinton ?


S.Solvit : Ils ont des programmes très proches, car c’est un programme du parti “démocrate”.


Mais ils se démarquent sur plusieurs points mais surtout sur leur conception de la politique. En politique étrangère, Barack Obama rompt plus fermement avec les positions américaines traditionnelles. Il est plus orienté vers la diplomatie (discussion avec l’Iran, conflit proche-oriental...) et vers moins d’unilatéralisme. Barack Obama possède une ouverture et une compréhension du monde actuel bien moins archaïque que les autres candidats. Hillary Clinton, bien que radicalement différente de Bush, resterait dans les mêmes grands axes actuels (lutte anti-terroriste, position au Proche-Orient, Amérique du sud...). Pari ailleurs, ils se différencient sur l’ALENA (accord de libre-échange nord américain), la sécurité sociale, la relance de l’économie...


Mais, le jeu actuel consiste à se différentier sur des détails. Ceux-ci sont minimes et peuvent changer radicalement dès l’élection. Je le répète, le fond du programme est proche, et ce qui compte le plus est leur conception de la politique - “Donner à deux personnes un même fusil, aucun ne s’en servira de la même manière”.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du comité : www.pour-obama.fr 

4 commentaires:

Anonyme a dit…

c'est fou

Corneliu a dit…

Je ne crois pas que Barack Obama puisse realiser les changements que Monsieur Solvit espere. Dans le monde d'aujourd'hui, les engagements des Etats unis sont difficiles à rompre ou a modifier serieusement. De point de vue experience et surtout connaissances internationales Hillary et Mcaine sont preferables à un nouveau venu qui est sympathique, parle tres bien et n'a aucune experience. Voir le problemes avec son pasteur et la perte de vitesse depuis ses declarations concernant la classe moyen.

Anonyme a dit…

Avez-vous déjà vu à l'oeuvre d'un point de vue internationale Mr Mccain ou Mme Clinton? A ma connaissance non car aucun des deux n'a jusqu'ici occupé de haute fontion auprès des institutions internationales. Ok l'une est l'épouse de on s'est bien qui et l'autre est un rescapé de la guerre du Vietnam mais ça ne prouve rien. Cessez de dire et de redire qu'Obama n'a pas d'expériences car une fois président il risque de nous étonner et de nous surprendre positivement. Vous qui parlez d'expériences vous êtes des tous versatiles et des lames à doubles tranchants car il y presque toute juste une année beaucoup de français ont choisi Mr Sarkozy car soit disant il avait plus d'expériences que Mme Royal et qui est-ce qui crient au loup aujourd'hui et désavoue Mr Sarkozy vous autre qui choisissait bêtement en fonction de la soit disant l'expérience.

Dominique Muller a dit…

Dire qu'Obama n'a pas d'expérience est faux. Il n'a pas la même expérience et c'est tant mieux! Il a l'expérience des milieux modestes, il a l'expérience de l'école publique, il a l'expérience du bénévolat de base. Son parcours n'est fait que d'expériences. Ah c'est sur, il n'a pas l'expérience des lobbies ni des discours opportunistes ou la condescendance d'Hillary mais c'est cela qui redonne confiance à l'amérique du travail.