Regard sur les Etats-Unis

lundi 17 décembre 2007

Hillary Clinton contre-attaque

Menacée, critiquée, provoquée… A trois semaines du Caucus de l’Iowa, Hillary Clinton a décidé de réagir et de ne pas se laisser faire, notamment en Iowa. Le rouleau compresseur Hillary est en marche et il va s’attaquer aux Etats clés de la campagne présidentielle. Rien que cette semaine, la candidate va apparaitre dans tous les shows télévisés matinaux des chaines de l’Iowa.
Ce samedi déjà, le quotidien régional Des Moines Register a annoncé ses préférences : Hillary Clinton côté Démocrate, John McCain côté Républicain. Ce ralliement du journal n’est pas sans conséquences pour Barack Obama qui perd un précieux soutien. La bataille s’annonce donc plus que serrée en Iowa. Si elle l’emportait, Barack Obama aurait beaucoup de mal a rattraper son retard sur la candidate. Alors que si Barack l’emporte cela ne suffira certainement pas pour écarter Hillary de la course à la présidentielle. Les enjeux ne sont donc pas du tout les mêmes pour les deux prétendants, mais dans tous les cas nuls doutes qu’ils ne lâcheront rien jusqu’à la dernière minute.
Néanmoins Barack Obama aura eu le mérite de faire douter la candidate jusqu’à l’échéance fatidique du 3 janvier 2008. Alors qu’il y a seulement deux mois, l’ex first-lady semblait imbattable, le sénateur de l’Illinois a su lui rappeler qu’il ne la laisserait pas gagner confortablement cette nomination et qu’il allait falloir batailler dur pour s’imposer. En tête en Iowa, ayant considérablement réduit son écart dans le New Hampshire et dominant certains sondages en Caroline du Sud, il a su redonner du mordant à sa campagne en perte de vitesse il y a encore quelques mois.
Mais ce qui a toujours différencié Barack d’Hillary c'est qu’il représente le candidat de l’espoir. L’espoir de devenir le premier président noir des Etats-Unis d’Amérique tout d’abord (ce qui a totalement relayé au second plan, le fait de voir une femme accéder à la tête de l’Etat), l’espoir également d’avoir à la tête de la première puissance mondiale un homme éduqué dans un pays musulman (Indonésie). Par les temps qui courent, l’élection de Barack Obama serait un signe extérieur de réel changement politique et d’une meilleure compréhension du monde que celle de la précédente administration.
Mais contre l’expérience, les moyens et les conseillers d’Hillary Clinton, tout porte à croire qu'il aura le plus grand mal à être désigné candidat du parti Démocrate. Pour créer la surprise, Barack Obama devrait réaliser une fin de campagne parfaite dans les moindres détails. Pourtant n’oublions pas que les primaires et les caucus ne sont que la première étape. Lorsqu’il faudra choisir entre les deux candidats désignés par leurs partis respectifs, Hillary Clinton arrivera certainement moins bien que Barack Obama à recruter au-delà de l’électorat Démocrate.
C’est pourtant cette dernière étape qu’il faudra franchir pour entrer dans l’histoire…

0 commentaires: